Immobilier dans le quartier Bastille / Popincourt à Paris

Le quartier Bastille - Popincourt s’étend de la rue du Chemin vert au nord,

à la rue du Faubourg St Antoine au sud, du boulevard Beaumarchais et de la place de la Bastille à l’ouest, au boulevard Voltaire et aux rues Godefroy Cavaignac et Faidherbe à l’est.
Ce quartier qui jouxte le quartier du Marais est le plus recherché et le plus coté de l’arrondissement, tout particulièrement de la Bastille au boulevard Beaumarchais, en passant par le début du boulevard Richard Lenoir. Ce dernier a été créé en 1860 par le Baron Haussmann en couvrant une partie du canal St Martin, après l’avoir abaissée de 6 mètres de hauteur. Ce comblement évitait la construction d’un pont peu adéquat au niveau du boulevard Voltaire récemment percé.
Le nouveau boulevard Richard Lenoir vit sa partie centrale ornée de 15 squares dessinés par l’architecte Davioud, ornés de jets d’eau, dont les vestiges constituent aujourd’hui les squares Richard-Lenoir et Bréguet-Sabin. Dégradé par les années de constructions anarchiques, le boulevard Richard-Lenoir a été redéployé dans les années 1990 avec l’installation de trois passerelles délimitant de nouveaux jardins, des jets d’eaux et des aires de jeux pour les enfants. Un accent a également été mis sur le mobilier urbain renouant avec son esprit initial.
La place de la Bastille a vu, depuis la construction de l’Opéra Bastille en 1989, se multiplier dans ses rues avoisinantes boutiques, cafés et restaurants. Le périmètre conjugue ici vieilles habitations décrépies, anciens bâtiments en cours de restauration et constructions neuves des années 1980 et 1990. Au sud du quartier, le Faubourg St Antoine doit son nom à l’ancienne abbaye de St Antoine des Champs fondé au XIIème siècle et sise à l’emplacement de l’actuel Hôpital St Antoine.
Malgré les siècles, la rue a gardé son organisation particulière avec des immeubles en façade, surélevés au XIXème et au XXème siècles et des ateliers –majoritairement dédiés aux menuisiers et ébénistes- au fond des parcelles. L’artisanat d’art, malgré son déclin, reste encore présent dans les passages et les arrière-cours et s’inscrit toujours comme une caractéristique majeure du quartier.
Les dernières décennies ont vu néanmoins s’installer, dans les ateliers laissés par les artisans, des artistes, des agences d’architecture ou encore des studios de photographes,.. Les promoteurs ont remplacé de vieux bâtiments par des constructions plus modernes mais les protestations des habitants du quartier ont abouti à la mise en place en 1994 d’un « Plan de protection et de mise en valeur » afin de protéger le tissu urbain existant sur le faubourg, même d’intérêt mineur, mais dont l’harmonie est garante du charme du quartier. Afin de garantir l’équilibre entre l’habitat et les activités artisanales, l’organisation séculaire construite autour des cours et des passages intérieurs doit être conservée dans les projets immobiliers.
Le secteur autour des rues Sedaine et Popincourt souffre lui de la mono-activité des grossistes en textile qui entraine la désertification des rues le soir et une décote des appartements sis juste au dessus des ateliers. La municipalité cherche depuis plusieurs années à faire revenir ici les commerces de proximité. Chantier immobilier important du quartier, l’aménagement de l’ilôt Bréguet, au 17-19bis rue Bréguet, doit insuffler au quartier un véritable renouveau.
Le site de l’ancienne Poste, comprenant trois parcelles sur près de 1200 m2, dont une appartenant à la Ville de Paris, fait en effet l’objet d’un redéploiement urbain majeur avec à terme la création d’équipements collectifs (crèche, gymnase,…) et de logements sociaux, l’implantation de commerces et l’arrivée d’une entreprise de plus de 1000 salariés sur le site. L’aménagement de l’ensemble est prévu ici dans le respect de l’esprit du quartier, à savoir par la création de cours intérieures et la requalification des chaussées. La Villa Marcès doit offrir une circulation piétonne à l’intérieur de l’ilôt : déjà ouverte sur la rue Popincourt, elle sera prolongée jusqu’au passage créé entre la rue Bréguet et la rue du Chemin vert.
Autre chantier urbain important qui doit se dérouler sur toute l’année 2009, le réaménagement de la rue de la Roquette, sur le tronçon compris entre la rue de Lappe et la rue Popincourt, vise à revaloriser l’image d’un espace dégradé souffrant d’un trafic automobile prédominant laissant peu de place aux piétons. Un des premiers aspects des travaux est d’instaurer un passage des véhicules sur une seule file afin d’éradiquer les stationnements interdits récurrents, notamment des livraisons. En septembre 2009, le chantier achevé devrait offrir aux piétons un espace urbain mieux partagé et plus sécurisé. A noter également que la fontaine, située 70 rue de la Roquette, sera totalement restaurée.
Il faut mentionner également la restauration récente de la Cour Damoye, voie privée qui relie la place de la Bastille à la rue Daval. Ancienne cité ouvrière au XIXème siècle, cette petite rue tranquille, à l’abri de l’agitation de la place de la Bastille, protège désormais 70 logements et 25 locaux commerciaux. Autrefois habitées par les Auvergnats qui avaient majoritairement investi le quartier, puis désertées, les habitations sont là ici encore typiques du faubourg.
Le quartier est desservi par les stations de métro Bastille, Bréguet-Sabin, Faidherbe-Chaligny, Ledru-Rollin, Voltaire.

Synthèse du marché immobilier dans le quartier Bastille / Popincourt de Paris

Prix du marché -0.29 %
  • 0 Test Avant-Vente
  • Aucun Bien à vendre
  • 3262 Estimations immobilières
  • 4203 Recherches en cours
8018 € / m2
Au 1er Décembre 2014 Plus d'infos
estimation immobiliere
Informations légales : Conditions générales de service - Mentions légales - Drimki | Copyright 2014 Service client: 01 41 05 05 41 (appel non surtaxé)