Prix immobiliers

Immobilier en France : le bilan du mois de septembre

  Mis à jour le 02/12/2020 11:12 - ( mots)  Par Laura Martin
Partager :

Quels sont les chiffres du dernier baromètre LPI/Seloger ? Que dire sur le marché immobilier à fin septembre ? On fait le point avec vous !

Prix immobiliers du mois de septembre @Adobestock

Prix dans l’ancien : +5,9% d’augmentation sur un an

Selon les derniers chiffres du baromètre LPI/Seloger, le prix moyen au mètre carré signé dans l’ancien a encore augmenté durant le mois de septembre. Cette hausse s’élève à 5,9% sur 1 an alors qu’elle atteignait 4,4% l’année dernière à la même époque et 5,4% un mois auparavant. L’accélération de l’augmentation des prix se constate aussi bien sur le marché des maisons (+6,3%) que sur celui des appartements (+5,6%). De ce fait, si vous souhaitiez acquérir un logement ancien au mois de septembre, il vous fallait ainsi débourser en moyenne 3 861€ le mètre carré signé : 3 665€ pour une maison et 4 323€ pour un appartement.

Sur le marché du neuf, les prix immobiliers augmentent également pour atteindre 4 883€ du m² signé en moyenne sur septembre. L’augmentation annuelle des prix s’élève alors à 3,7% contre 2,4% l’année dernière. Au niveau des 3 derniers mois, les prix dans le neuf enregistrent une hausse de 0,7% soit un chiffre deux fois plus marqué que les années précédentes. De plus, bien que le marché des appartements voit ses prix s’envoler (+ 3,6% sur un an / 5 778€ le m²), c’est sur le marché des maisons que les prix augmentent le plus rapidement (2 655€/m² soit +4% d’augmentation sur un an contre 0,8% l’année dernière) !

+10% d’augmentation dans 28% des villes de plus de 100 000 habitants

Après la baisse des prix dans 12% des grandes villes de France en janvier et février dernier, la situation s’inverse et la hausse des prix se renforce depuis le début de l’été. En septembre, le prix des appartements anciens progresse de plus de 10% dans 28% des villes de plus de 100 000 habitants. Même les villes moins plébiscitées ou celles qui avaient connu une chute des prix immobiliers avant la crise sanitaire sont concernées. Notons par exemple +0,8% d’augmentation annuelle à Nîmes, +3,4% à Bordeaux, +7,6% à Saint-Etienne et jusqu’à +13,2% à Orléans !

À Paris, la hausse des prix s’est accélérée en septembre avec une augmentation de 5,3% sur un an contre un chiffre à +4,5% en juillet dernier : 12 arrondissements sur 20 proposent aujourd’hui un prix au m² signé supérieur à 11 000€ !

Avec des logements à vendre qui se font de plus en plus rare et une demande qui rencontre de nombreuses difficultés (perte du pouvoir d’achat, durcissement de l’accès au crédit immobilier pour les ménages modestes, chômage…), les prix sont donc sous tension dans la quasi-totalité du territoire.

La marge de négociation enregistre un nouveau recul en septembre

Alors que la marge de négociation des acquéreurs potentiels atteignait déjà 3,8% en août dernier, celle-ci s’est établie à 3,5% en moyenne tous biens confondus durant le mois de septembre. En détail, elle s’élevait à 3,2% pour les appartements et 3,8% pour les maisons.

Partout sur le territoire, que ce soit dans les régions considérées comme tranquilles (Lorraine, Picardie…) ou dans les régions fortement urbanisées (Ile de France, Rhône-Alpes), le marché peine à se relever.

Partager :
J'estime mon bien immobilier