Prix immobiliers

Immobilier : les villes où investir en 2021

  Mis à jour le 28/07/2021 02:07 - ( mots)  Par Laura Martin
Partager :

Dans quelle ville investir en 2021 ? Le Figaro immobilier tente de répondre à cette question en dévoilant son classement consacré à l’immobilier ancien. On vous partage les résultats !

Grandes villes Note attribuée Villes moyennes Note attribuée Grandes villes de banlieue parisienne Note attribuée
Annecy 16,31 Niort 15,74 Massy 16,28
Aix-en-Provence 16,26 Cholet 15,37 Sartrouville 15,89
Toulouse 16,09 Bourges 15,33 Montrouge 15,83
Lyon 15,73 Ajaccio 15,25 Noisy-le-Grand 15,79
Nice 15,57 Pessac 15,24 Chelles 15,79
Montpellier 15,39 Cagnes-sur-Mer 15,17 Boulogne-Billancourt 15,77
Dijon 15,24 Quimper 15,16 Courbevoie 15,55
Marseille 15,08 La-Roche-sur-Yon 15,16 Antony 15,53
Besançon 15,05 Cannes 14,81 Issy-les-Moulineaux 15,49
Strasbourg 15,03 Mérignac 14,64 Maisons-Alfort 15,29
Grasse 14,64

Pour réaliser ce classement, Le Figaro Immobilier s’est appuyé sur de nombreux critères scindés en 4 catégories : la démographie, les prix du marché, la structure du marché et la location / le rendement.

Annecy, Aix-en-Provence et Toulouse arrivent en tête des villes de plus de 100 000 habitants

Annecy sacrée @Adobestock

En tête du palmarès des villes de plus de 100 000 habitants où investir dans l’immobilier, nous retrouvons la ville d’Annecy (74) avec une note de 16,31. Dynamique du fait de sa proximité avec la frontière suisse, la Venise française a attiré pas moins de 7 470 nouveaux habitants depuis 5 ans. Les prix immobiliers ont également progressé : +6,4% sur 1 an et +18,2% sur 5 ans. De plus, sur les 35 villes analysées par Le Figaro Immobilier, c’est ici que l’on retrouve le plus faible taux de logements vacants (6,2%) mais également le niveau de vie le plus élevé (24 170€).

Aix-en-Provence (13) la suit de près avec une note de 16,26. La métropole du sud arrive donc en deuxième position des villes à privilégier par les investisseurs. A seulement 3 heures en TGV de Paris, c’est la ville qui a créé (hors grandes métropoles) le plus d’emplois sur les cinq dernières années (+ 5 293).

Quant à Toulouse, grande vainqueur du palmarès en 2019, elle se classe cette année en 3ème position sur le podium avec une note de 16,09, et ce, malgré une évolution démographique plus que positive (+26 236 habitants, + 21 997 emplois, + 21 752 étudiants sur 5 ans).

Parmi les faits marquants relevés cette année, on constate que les villes qui pratiquent l’encadrement des loyers, voient leur attractivité pour l’investissement locatif s’amoindrir. C’est notamment le cas pour Bordeaux par exemple qui se situe à la 11ème position.

Niort, Cholet et Bourges, grandes championnes des villes moyennes comprises entre 50 000 et 100 000 habitants

Niort grande gagnante @Adobestock

Après s’être hissée à la deuxième place dans le baromètre annuel Arthur Loyd, avec un taux de chômage parmi les plus bas de France, la ville de Niort arrive cette fois-ci en pole position. En effet, le chef-lieu du département des Deux-Sèvres se voit attribuer une note finale de 15,74.

Juste derrière, en deuxième position, nous retrouvons la ville de Cholet (15,37). Celle-ci est d’ailleurs préférée à sa consœur par Karl Toussaint du Wast, fondateur d’un cabinet de conseil en gestion de patrimoine. Interrogé par Le Figaro, il précise : « J’opterais plutôt pour cette ville pour la profondeur de son marché locatif. Sa situation entre Nantes et Angers, deux villes très dynamiques, est bien plus intéressante. »

Pour finir, Bourges termine sur le podium (15,33). Grâce à un rendement locatif dans l’ancien particulièrement élevé (8,3%) et malgré une baisse du nombre d’habitants et du nombre d’emplois ces 5 dernières années (respectivement -2 115 et -1 357), la ville a de quoi séduire les investisseurs.

Pour découvrir l’étude complète, c’est par ici.

Partager :