Investir dans l’immobilier : par où commencer ?

Publié le 07/07/2020 03:07 | Par Laura Martin

Vous souhaitez acheter un logement dans le but de le louer ? L’investissement locatif ne s’improvise pas et de nombreux aspects sont à prendre en compte avant de se lancer. Rentabilité financière, choix de la gestion locative ou encore du type de bail de location, retrouvez dans cet article des premiers éléments d’informations pour la bonne préparation de votre projet.

Calculer son rendement locatif

En premier lieu, il est important de définir une stratégie à mettre en place. En effet, un investissement locatif peut vite devenir un placement financier dangereux si aucun objectif n’a été défini au préalable. Pour se faire, posez-vous les bonnes questions : souhaitez-vous acheter un bien pour le louer occasionnellement ? Pour le louer à un étudiant ? Ou bien s’agit-il d’une location de longue durée ? Selon vos envies, les critères du bien immobilier peuvent varier.

Le choix de la localisation

L’emplacement géographique est un choix stratégique pour la rentabilité d’un investissement immobilier locatif. Si vous achetez un logement grâce à l’octroi d’un crédit immobilier, il faut bien entendu garantir une rentrée d’argent pour pouvoir rembourser vos échéances.

Appartement proche de la mer, studio dans un quartier universitaire… Tout dépendra de votre projet ! Dans le cas d’une location saisonnière, le mieux est bien évidemment de privilégier une zone touristique où la demande est forte durant la haute saison. À l’inverse, si vous souhaitez louer sur une longue période et que votre budget vous permet d’acheter un 4 pièces, il vous faudra alors vérifier les commodités présentes dans le quartier choisi (écoles pour les enfants, commerces …), afin d’attirer des futurs locataires.

Dans tous les cas, prenez votre temps et ne vous précipitez pas sur le premier logement que vous visitez ! Analysez les annonces immobilières aux alentours pour connaître le taux de logements vacants du secteur, comparez les prix immobiliers en fonction des régions et pourquoi ne pas anticiper une plus-value immobilière pour une future revente ?

Le choix du type de logement et les dispositifs de défiscalisation

En cas d’investissement locatif, il est important de ne pas oublier les impôts que vous aurez à payer. En fonction du type de bail de location que vous aurez sélectionné (meublé ou nu), vous serez, en effet, amené à choisir entre différents modes de déclaration fiscale (régime réel, microfoncier…). Renseignez-vous donc sur chaque option et choisissez la plus avantageuse selon votre profil.

Neuf ou ancien ? En fonction du prix d’achat, vous pourrez également hésiter entre ces deux types d’investissement immobilier. Les deux peuvent s’avérer bénéfiques selon les situations. Si vous envisagez d’acquérir un logement ancien et d’effectuer des travaux importants, vous pourrez opter pour le dispositif de défiscalisation Denormandie par exemple. Pour un investissement locatif dans le neuf, la loi Pinel peut quant à elle vous intéresser. Le plus important est d’avoir toutes les informations en votre possession.

De plus, n’oubliez surtout pas le déficit foncier ! Il s’agit de la possibilité de déduire de vos revenus fonciers, certains travaux effectués dans un logement loué. Plus précisément, un propriétaire se trouve dans une situation de déficit foncier lorsque ses charges sont plus élevées que les loyers perçus. Effectuer des travaux peut donc s’avérer intéressant dans ce cas précis !

Gérer son investissement locatif

Louer un appartement ou une maison prend du temps et les tâches sont multiples : recherche d’un locataire, visites immobilières, état des lieux d’entrée et de sortie, rédaction du bail de location, gestion des travaux… et en tant que propriétaire bailleur, vous devez donc être disponible pour gérer ce type d’investissement.

Cependant, si vous n’avez pas de temps à consacrer à la location de votre logement, il est tout à fait possible de sous-traiter sa gestion. Agent immobilier, administrateur de biens, conseiller immobilier indépendant peuvent en effet se charger de ces démarches. Ce service vous coûtera en moyenne 5 à 10% du loyer hors charges.

J'estime mon bien immobilier