Prix immobiliers

La hausse des prix dans l’ancien ralentit sur 3 mois

  Mis à jour le 07/12/2022 10:12 - ( mots)  Par Laura Martin
Partager :

Avec un recul rapide de l’activité constaté durant le 3ème trimestre 2022, les prix immobiliers dans l’ancien stagnent enfin après plusieurs mois de hausse soutenue. On détaille avec vous les derniers chiffres du baromètre LPI de fin septembre.

la hausse des prix de l'immobilier en pause @Adobestock

Baisse rapide du nombre de transactions durant l’été

D’après le dernier baromètre LPI, les achats de logements anciens pendant les mois d’août et septembre ont diminué de 19,4 % sur un an. Cette tendance a ainsi aggravé le marché immobilier déjà fragilisé par les 9 premiers mois de l’année. On enregistre donc un recul des ventes de 11,5% depuis le début de l'année.

« Le nombre de logements anciens acquis par des particuliers dépend largement du nombre des prêts immobiliers accordés qui financent 89 % de ces transactions. La chute de la production de crédits, particulièrement marquée durant l’été, a donc entrainé avec elle le marché de l’ancien. » explique Michel Mouillart, porte-parole du baromètre.

3 452€ le m² moyen à fin septembre

Sur le dernier trimestre, les prix des logements anciens au global stagnent à 3 452€ le m² moyen. Après plusieurs mois de hausses soutenues, l’augmentation des prix a ralenti durant la période estivale. Sur le marché des appartements anciens, la hausse des prix sur 3 mois reste très légère (+0,3%) pour atteindre un prix moyen signé de 4 125€ le m². À l’inverse, les maisons anciennes se sont vendues 0,5% moins chères que le trimestre précédent (2 818€/m²).

Dans certaines grandes villes françaises, la hausse des prix des appartements anciens s’est affaiblie pendant l’été. Ainsi, les prix ont reculé en glissement trimestriel dans 35% des villes de plus de 100 000 habitants, comme à Paris, Lyon ou encore Toulouse. En glissement annuel, cela entraîne donc un ralentissement de la hausse des prix.

Ville Hausse sur 1 an Prix des appartements anciens au m²
Lille + 6,3 % 4 081 €
Le Havre + 13,7 % 2 542 €
Reims - 1,0 % 2 813 €
Rennes + 6,8 % 4 202 €
Paris + 1,6 % 11 513 €
Strasbourg + 2,3 % 4 102 €
Nantes + 1,3 % 4 239 €
Grenoble + 3,1 % 2 951 €
Lyon + 0,9 % 5 618 €
Saint Etienne + 9,2 % 1 580 €
Bordeaux + 0,6 % 5 002 €
Toulouse + 3,4 % 3 858 €
Nice + 5,5 % 5 207 €
Marseille + 10,1 % 3 524 €
Montpellier + 4,8 % 3 612 €

En revanche, l’augmentation des prix de l’immobilier ancien s’accentue dans 18,5% des villes de plus de 50 000 habitants.

Augmentation rapide des prix du neuf

« Le recul de la demande de logements neufs a été rapide durant l’été. Avec l’augmentation des taux d’intérêt et une contraction de l’offre de crédits comparable à celle de l’automne 2008, au plus profond de la crise financière internationale, la réalisation des achats envisagés par les particuliers est devenue très difficile. » ajoute Michel Mouillart

Cependant, cela n’a pas empêché la hausse des prix des logements neufs de se poursuivre. Comptez ainsi une augmentation de 4,2% sur un an et de 2,8% sur 3 mois, maisons et appartements confondus. Le prix au m² moyen signé dans le neuf atteint alors 4 694€/m² en septembre 2022.

Les marges de négociation augmentent encore en septembre

Les marges de négociation progressent de nouveau sur le marché de l’ancien. En septembre 2022, elles étaient de 5,5% en moyenne sur l’ensemble du marché. Dans le détail, on note des marges qui s’établissent à 5,7% pour les maisons et 5,3% pour les appartements

À retenir

● 3 452€ en moyenne du mètre carré signé en France dans l’ancien.
● Le prix du m² signé dans l’ancien stagne avec 0% d’augmentation sur 3 mois.
● La marge de négociation atteint 5,5% en moyenne dans l’ancien, tous biens confondus.
● Le nombre de ventes immobilières des 3 derniers mois est en recul de 19% sur un an.

Partager :