Mettre en location sa résidence secondaire : mode d’emploi

Vous possédez une résidence secondaire ? Vous souhaitez réduire vos charges ou rentabiliser votre achat immobilier en la mettant en location ? Que ce soit pour une location à l’année ou pour une location saisonnière, découvrez tout ce que vous devez savoir sur cet investissement locatif !

Une résidence secondaire, ça coûte cher !

3,5 millions, c’est le nombre de résidences secondaires en France fin 2019 selon l’INSEE. Maison à la campagne, appartement près de la mer ou proche d’une station de ski, acheter un logement secondaire est un rêve partagé par beaucoup de français. Malheureusement, le rêve peut vite se transformer en cauchemar.

En effet, en plus du prix d’acquisition du logement, d’autres coûts non-négligeables sont à prendre en considération. Notons par exemple, les travaux d’entretien, de réparation, la rénovation du bien immobilier, mais aussi et surtout la fiscalité, beaucoup plus sévère que pour les résidences principales.

Mettre en location sa résidence secondaire est donc un choix fait par la plupart des propriétaires pour amortir leurs dépenses (taxe foncière, taxe d’habitation, charges de copropriété…). La majorité privilégie la location saisonnière de courte durée pour percevoir un loyer tout en gardant un pied-à-terre lors de week-ends ou vacances en famille. Alors que certains se portent sur l’investissement purement locatif afin d’augmenter également leurs revenus. Dans ces deux cas de figure, les loyers perçus doivent être déclarés car ils sont imposables et soumis aux prélèvements sociaux (à consulter sur les avis d’impôts sur le revenu).

Les démarches à entreprendre pour louer sa résidence secondaire

Si vous faites le choix de louer votre résidence secondaire, vous devez tout d’abord vérifier que le règlement de votre copropriété ne l’interdit pas. Vous devrez ensuite déclarer votre logement en meublé auprès de la mairie et ce quelle que soit la durée de location. A défaut, vous encourez une amende de 450€. Selon la commune concernée et le type de location, les démarches peuvent être différentes. Autorisation de changement d’usage du logement, déclaration de meublé de tourisme, spécificités en zones tendues, etc., Nous vous conseillons donc de vous rapprocher directement de votre commune pour connaître la procédure en vigueur.

En ce qui concerne les revenus acquis avec la location d’un bien secondaire, ils doivent être déclarés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Vous pouvez opter soit pour le régime réel soit pour le régime forfaitaire (Micro BIC). Ce dernier est avantageux car il permet un abattement de 50% sur les recettes annuelles déclarées, si celles-ci n’excèdent pas 70 000 € par an et 71% s’il s’agit d’un bien meublé de tourisme classé et dont les revenus locatifs annuels n’excèdent pas 170 000€.

>> Estimer votre bien gratuitement avec Drimki

Choisir entre location saisonnière et location longue durée

Parmi les solutions qui s’offrent à vous, vous pouvez opter pour l’investissement locatif à l’année. Les loyers mensuels de votre locataire vous permettront ainsi de rembourser vos charges et selon les situations de générer des bénéfices. Lorsque vous louer un logement meublé longue durée, il sera considéré comme résidence principale du locataire et vous devrez attendre la fin du bail de location pour pouvoir y séjourner (1 an).

La location longue durée d’un meublé est beaucoup plus intéressante que la location saisonnière car les travaux et les frais sont déductibles des loyers perçus. De même, le paiement de l’eau, l’électricité ou encore le chauffage peuvent être à la charge du locataire. A noter que celui-ci paie également la taxe d’habitation s’il occupe le logement au 1er janvier de l’année en question.

A contrario, la location saisonnière permet plus de flexibilité pour le propriétaire qui souhaite profiter de son logement dans l’année. La durée maximale de location saisonnière pour une même personne est de 3 mois consécutifs. Pour bénéficier de revenus conséquents réguliers, il est préférable de louer son appartement ou sa maison lors des fortes périodes d’affluence (vacances scolaires, week-ends), surtout si le logement est situé près de la mer ou à la montagne.

Partager :