Achat immobilier

Négociation immobilière : tout ce qu’il faut savoir

  Mis à jour le 13/06/2021 11:06 - ( mots)  Par Laura Martin
Partager :

Il est important de connaître les principales techniques de négociation immobilière avant d’envisager un achat. Les acquéreurs, en 2020, ont obtenu en moyenne une diminution de 5,3 % par rapport au prix de vente affiché en annonce. Découvrez ci-dessous l’essentiel pour obtenir votre futur bien immobilier au meilleur prix avec Drimki.

Negocier le prix de vente @Adobestock

Comment engager la négociation d’un bien immobilier ?

Vous venez de visiter un bien qui retient votre attention ? Avant d’entamer la phase de négociation proprement dite, il est important de définir soigneusement le budget dont vous pouvez disposer, afin de connaître la limite à ne pas dépasser. Un premier entretien avec votre conseiller bancaire ou avec un courtier en prêt immobilier vous permettra notamment d’effectuer une simulation de financement et ainsi de déterminer votre capacité d’emprunt.

En prenant en compte à la fois votre budget maximal et le prix de vente du bien immobilier, vous pourrez ensuite engager la discussion et vous appuyer sur différentes techniques de négociation immobilière :

  • Comparez le prix de vente avec des annonces similaires. Si le prix de vente vous apparaît surestimé, un bon réflexe consiste à le comparer avec celui de biens immobiliers aux caractéristiques proches ou similaires dans le voisinage.

  • Recensez les différents points faibles du bien. La vétusté de l’installation électrique, un terrain extérieur avec de nombreux vis-à-vis, travaux à prévoir, un environnement bruyant ou encore un agencement peu pratique des pièces sont autant de défauts qui peuvent être utilement mis en avant pour faire baisser le prix.

  • Prenez en compte la date de mise en vente du logement. Un bien immobilier proposé depuis plusieurs mois sur le marché peut indiquer que son prix est inadapté. Le vendeur sera sans doute plus réceptif à une offre d’achat à la baisse s’il ne parvient pas à trouver preneur au prix demandé.

Bon à savoir

Peut-on négocier le prix lors du compromis de vente ?
La rédaction du compromis de vente ne peut intervenir qu’après l’acceptation de l’offre d’achat, qui matérialise l’accord des deux parties. Il n’est donc plus possible de continuer à négocier le prix du bien par la suite. Si vous n’êtes plus enclin à payer le prix proposé, sachez néanmoins que vous disposerez d’un délai légal de 10 jours de rétractation après la signature du compromis.

Soumettre une offre d’achat à tarif négocié

Une fois que vous avez une bonne idée de la marge de négociation possible sur le bien, il est temps de procéder à la rédaction d’une offre d’achat. Ce document a une grande importance puisqu’il aura pour effet de vous engager sur le montant proposé jusqu’à l’acceptation, au refus ou à la contre-proposition du vendeur. Il doit être remis en main propre au vendeur ou adressé par courrier recommandé avec accusé de réception.

Veillez notamment :

  • à mentionner lisiblement le prix d’achat proposé ;
  • à préciser la durée de validité de votre offre, en fixant un délai raisonnable pour la réponse du vendeur (généralement entre 5 et 10 jours) ;
  • à indiquer les modalités de réponse proposées au vendeur (courrier simple ou recommandé, autre moyen…) ;
  • à fixer le délai pour procéder à la signature du contrat d’avant-vente, en cas d’acceptation de l’offre par le vendeur.

Comment répondre à une contre-proposition immobilière ?

Dans le cadre de la négociation d’un bien immobilier, le vendeur peut refuser votre offre d’achat et vous adresser à son tour une contre-proposition. Le montant de cette dernière sera donc supérieur au montant de votre offre initiale, mais inférieur au prix de vente du bien. Cette démarche n’engage pas le vendeur lorsqu’elle est réalisée à l’oral.

L’acquéreur potentiel peut choisir d’accepter la contre-proposition, ce qui a pour effet de conclure la vente. Il peut également la refuser, ou adresser à son tour une nouvelle offre d’achat.

À retenir

● Une négociation immobilière efficace suppose d’identifier les arguments qui pourront convaincre le vendeur de baisser son prix.
● Le montant de votre offre d’achat doit être choisi en fonction de la marge de négociation dont vous pensez disposer.
● Une contre-proposition du vendeur est le signe que votre offre l’intéresse et que la transaction peut aboutir.

Lors d’une négociation immobilière, tenez toujours compte de l’état du marché. La réalisation d’une offre d’achat largement inférieure au prix demandé – et à celui que vous êtes prêt à payer – est une stratégie intéressante pour engager la négociation, mais également risquée. Si d’autres acquéreurs sont intéressés, il est possible que le bien vous échappe !

Partager :
Vous recherchez un bien à acheter ?
Trouvez rapidement avec Drimki